Langues:
Rejoignez-nous sur :
Se connecter S'inscrire Nous contacter Qui sommes-nous ? Nos mécènes

LA CHINE ET LA GUINÉE PASSENT UN ACCORD DE 20 MD$

Lun. 09 octobre 2017
Pour assurer la durabilité de sa croissance, la Chine a besoin de ressources naturelles, énergétiques. Pays de cocagne, château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, la Guinée Conakry dispose d’importantes réserves de bauxite, 4eme producteur mondial, mais aussi de vastes gisements de minerai de fer, d’or, de cuivre, de platine, de gemmes tels que les émeraudes et saphirs...

La Chine propose traditionnellement une contrepartie financière aux contrats lui assurant l’accès aux ressources énergétiques, minières ou agricoles. Pour ces financements, l’empire du Milieu recours à une gamme de produits tels que les crédits classiques à l’exportation ; les lignes de crédit garanties sur les ressources naturelles comme les mines ou le pétrole ; les crédits mixtes combinant des prêts à taux de marché et d’autres à taux préférentiels, voire à taux nul.  

Le 5 septembre dernier, les présidents guinéen et chinois, MM. Alpha Condé et Xi Jinping, ont conclu un accord portant sur un prêt d’un montant de 20 Md$ courant sur la période de 2017 à 2036 pour financer des infrastructures en échange de concessions minières.  

En échange de ce financement, les autorités guinéennes accorderont des permis miniers aux compagnies chinoises. Les revenus qui seront générés par l’exploitation des mines serviront au remboursement des prêts.

Les projets miniers concernent une raffinerie d’alumine de China Power Investisment, une mine de bauxite dévolue à Chinalco et une autre au profit de China Henan International Cooperation Group, tous situés dans la région minière de Simandou proche du Liberia et de la Côte d’Ivoire.

Ces mêmes concessions minières avaient été successivement octroyées à Rio Tinto, puis BSRG et au groupe brésilien Valle, autant de projets qui se sont enlisés dans d’invraisemblables imbroglios judiciaires avec les autorités guinéennes entre 2008 et 2014. Depuis 2017, la Chine a récupéré la mise.

Le financement de 20 Md$ est étalé sur 20 ans. Dans l’immédiat, les Chinois débourseront 3 Md$ dont 1,2 affecté à un projet autoroutier et 250 M $ dédiés au programme d’assainissement et de réhabilitation des voiries de Conakry. En outre, 300 M$ financeront la réhabilitation de quatre universités, et le solde affecté au projet d’interconnexion électrique guinéo-malien de Linsan-Fomi.

Les 21 et 22 septembre dernier, s’est tenu à Conakry un colloque sur le thème : Le développement durable de l’industrie de la bauxite et de l’alumine en Guinée. Ce ne sont pas moins d’une soixantaine d’entreprises et plus d’une centaine de délégués qui ont participé et réfléchi à ces perspectives économiques, sociales et environnementales.

Cette rencontre a permis aux autorités locales de s’imprégner de l’évolution intégrée du marché de la bauxite et de l’alumine, et de dégager des opportunités et diversification à l’horizon 2025. A l’issue du symposium, il a été proposé la création d’un institut international de la bauxite à Conakry qui sera financé par les sociétés minières installées dans le pays et des fonds publics guinéen et indien.

Par delà l’accord conclu entre la Chine et la Guinée, en marge du 9ème sommet des BRICS à Xiamen, ce contrat hors normes est d’une portée symbolique forte tant pour la Guinée Conakry, le continent africain que l’empire du Milieu. Le temps permettra de savoir si cette coopération est positive pour les deux parties.

L’engagement de la Chine est significatif pour un pays comme la Guinée Conakry dès lors qu’il s’ancre dans une longue tradition de relations entre les deux pays. Le volume des investissements chinois avec les pays africains a été multiplié par quarante au cours des deux dernières décennies (cf. Top 5 des investissements chinois en Afrique).



Les infrastructures sont indispensables pour accompagner le développement économique africain, en particulier guinéen, mais tous ces projets financés par des crédits chinois ne risquent-ils, à terme, d’endetter lourdement ces pays producteurs de matières premières ?

Daniel JOANNES
1er octobre 2017

 

 

 

 

 

 

Partagez avec vos amis :