Langues:
Rejoignez-nous sur :
Se connecter S'inscrire Nous contacter Qui sommes-nous ? Nos mécènes
Accueil Les actualités Deux millions de tonnes de fèves de cacao ivoiriennes

Deux millions de tonnes de fèves de cacao ivoiriennes

Mer. 13 septembre 2017
La performance cacaoyère annoncée par les autorités ivoiriennes intervient à un moment où les cours du cacao ont chuté à cause des surplus de la filière, accumulés depuis des années précédentes. L’organisation internationale du cacao (ICCO), dont le siège est localisé à Abidjan, prévoit un excèdent mondial de 371 000 tonnes pour la présente campagne.

Le paradoxe réside au niveau des performances productivistes ivoiriennes qui se télescopent avec le timide mouvement haussier amorcé en 2016.

Le poids du secteur agricole dans l'économie nationale représente 9 % en moyenne. Une performance en trompe l'œil qui ne doit pas masquer celle du pays producteur voisin, le Ghana deuxième producteur mondial, qui affiche une production annuelle proche du million de tonnes, et prévoit d'augmenter substantiellement sa production d'ici la fin de la décennie.

Les deux pays producteurs entament des discussions visant à équilibrer la production et harmoniser la commercialisation de la fève de cacao pour peser efficacement sur les marchés de New York et de Londres. Parallèlement, les autorités ivoiriennes prévoient de réduire les taxes à l’achat et à l’exportation du cacao pour la prochaine campagne. Une mesure qui contribuera à revaloriser le prix minimum payé au producteur.

Ces hausse et mise aux normes contribueront aussi à juguler la contrebande vers le Ghana qui pratique des tarifs plus attractifs incitant ainsi les producteurs ivoiriens à écouler frauduleusement leur production. Si elles sont adoptées, ce ne sont pas moins de 400 000 tonnes de fèves qui seront réintégrées et valorisées en faveur de la Côte d'Ivoire.

En période faste, le prix payé au producteur ivoirien atteignait jusqu’à 1 100 FCFA/kg pour tomber aujourd'hui à 700 FCFA/kg. Cette perte est imputable en partie à la volonté des autorités ivoiriennes de renforcer leur leadership mondial tout en en incitant les agriculteurs à produire toujours plus.

Les responsables de l’ICCO n'ont pas manqué d'alerter les autorités ivoiriennes sur les risques de surchauffe qui engendrera une baisse des cours tandis que le pays vient de franchir pour la première fois la barre symbolique des deux millions de tonnes par an.

Toutefois, les professionnels ivoiriens conscients des effets pervers d'une surproduction seraient disposés à marquer une pause. Cette décision conservatoire serait applicable à la prochaine campagne pour s'établir autour de 1,98 million de tonnes, voire entre 1,72 et 1,75 million de tonnes, pour la prochaine campagne.

Il reste à savoir si ce moratoire sera suffisant pour permettre au surplus mondial de se résorber rapidement et donc, relancer la hausse des cours mondiaux.

Daniel JOANNES
14 septembre 2017
Partagez avec vos amis :