Langues:
Rejoignez-nous sur :
Se connecter S'inscrire Nous contacter Qui sommes-nous ? Nos mécènes
Accueil Les territoires Mauritanie Les secteurs d'activité

Le secteur agricole

Lun. 24 avril 2017

L’agriculture est peu productive et dépendante des aléas climatiques. Le secteur représente 21 % des emplois, mais 62 % de la population totale vit principalement des activités rurales.

 

La surface arable est estimée à 500 000 ha, soit 0,5 % du territoire. La moitié de l’agriculture est pluviale, donc le rendement agricole peut beaucoup varier d’une année sur l’autre selon la pluviométrie. 28 % de ces terres sont cultivées via le système de décrue qui les rend encore plus dépendantes de l’écoulement hydrique.

 irigation-mauritanie

Il existe 4 grandes zones agricoles :

●     La zone aride : elle représente 80 % du territoire. Les cultures y sont de type oasien (palmiers et cultures irriguées)

●     La zone sahélienne sud-est : l’élevage prédomine à l’est. Les autres cultures sont le sorgho, le mil, et le maïs.

●     La vallée du fleuve Sénégal : La culture pluviale et l’élevage s’y sont développés. On y cultive le riz, les fruits et les légumes, le maïs, et le sorgho.

●     La zone maritime : C’est une bande littorale de 50 km de large. Elle abrite la culture maraîchère et arboricole.

 

Les défis sont nombreux. En plus de la dépendance aux aléas climatiques (pluie et sécheresse), on peut relever la grande surface aride qui compose le pays et la désertification, la forte croissance démographique, le manque de financement et d’investissement, la prédominance d’exploitations familiales et la piètre qualité de la formation et du conseil. La culture céréalière ne couvre que 30 % de la demande intérieure.

 

La FAO considère néanmoins que le pays possède un potentiel de diversification et d’intensification important. L’introduction de la culture par irrigation pourrait doper la production, c’est par ailleurs une technique qui attire le secteur privé. La promotion de l’association agriculture-élevage pourrait aussi permettre d’optimiser l’utilisation des terres arables.

 

agriculture-mauritanie


Le gouvernement s’investit dans la lutte contre la pauvreté via la promotion du secteur agricole. En 2008, environ 60 % de la population rurale vivaient en dessous du seuil de pauvreté du pays, contre environ 40 % pour la population globale.

 

Une Stratégie nationale de sécurité alimentaire horizon 2015 et vision 2030, doublée d’un Plan national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire a été adoptée en 2012. De plus, un programme indicatif national 2014-2020 a été signé avec l’UE. Ses priorités sont le développement de l’agriculture durable, le désenclavement des zones rurales, la préservation des écosystèmes, l’accès à l’eau et à l’électricité, mais aussi aux services financiers et un renforcement du système foncier.

 

La Banque mondiale œuvre avec le pays à la réintroduction de la culture de gomme arabique verte, dont la culture avait été stoppée par des sécheresses dans les années 1970-1980. La production est à un état embryonnaire, mais grâce aux investissements, celle-ci devrait augmenter. Outre l’intérêt économique de la plantation d'acacias, ceux-ci peuvent lutter contre l’avancée du désert grâce à leurs profondes racines et donc à la retenue d’eau.

 

Le pays possède un cheptel important (20 M de têtes). L’élevage reste extensif et peu productif. Le pays est autosuffisant en viande rouge, mais importe du lait. Le secteur est lui aussi fortement tributaire de la pluviométrie, de grands nombres d’animaux décèdent ponctuellement à cause des sécheresses. La forte concentration du cheptel sur les zones de pâturages fait craindre une déforestation et une dégradation des sols.

 

caprin-mauritanie


La politique gouvernementale vise à rendre l’élevage intensif, productif et compétitif. Ce programme passe par le renforcement des services vétérinaires, la production de fourrage cultivé, la limitation de l’impact des sécheresses et le développement de l’accès au crédit.

 

La pêche représentait 17 % des exportations en valeur en 2013. Les eaux mauritaniennes sont parmi les plus poissonneuses du monde. La consommation intérieure reste faible, due aux variations régionales des habitudes alimentaires.

Le pôle de la pêche industrielle est à Nouadhibou, tandis que la pêche artisanale est localisée aux alentours de Nouakchott.


peche-mauritanie

 

En 2016 un nouvel accord de pêche de 4 ans a été signé avec l’UE. Celui-ci permet aux navires européens de pêcher divers produits maritimes contre un versement annuel de 60 M€. Ce genre d’accord existe depuis le début des années 1990.

Partagez avec vos amis :

Plus d'articles sur Mauritanie - Les secteurs d'activité